Accueil > Déchets d’activités de soins > Les déchets d’activités de soins : qu’est-ce que c’est ?

Les déchets d’activités de soins : qu’est-ce que c’est ?

Les déchets d’activités de soins (DAS) sont les déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif, dans le cadre de la médecine humaine et vétérinaire.

Compte tenu des risques qui leurs sont associés, les déchets d’activités de soins doivent être gérés de manière centralisée, dans des lieux non accessibles au public. L’objectif est de limiter l’exposition de la population à ces déchets mais aussi d’éviter leur dispersion par les animaux.

- Les différents risques liés aux déchets d’activités de soins.

Le personnel de soin, le public des centres de soins, les patients, l’environnement, les services de secours, les professionnels de l’élimination des déchets sont exposés à différents risques lorsqu’ils sont en contact avec des déchets d’activités de soins.

  • Risque infectieux ou biologique :
    Le risque infectieux est la probabilité de contracter une maladie, plus ou moins grave, due à un agent biologique véhiculé par les déchets. C’est le risque le plus important lié aux déchets d’activités de soins. Ce risque est d’autant plus important en cas de coupure ou de blessure par des déchets piquants, coupants ou tranchants, car les lésions de la peau constituent une « porte d’entrée » privilégiée pour les agents pathogènes.

La plupart des agents pathogènes sortis de leur milieu sont fragiles et ont une durée de vie limitée. Cependant certains micro-organismes peuvent être résistants lors de l’entreposage de déchets d’activités de soins.

  • Risque toxique :

Les médicaments, le mercure et autres produits chimiques (eau de javel, produits de laboratoire...) présentent un risque toxique.
Les MEDICAMENTS NON UTILISES, s’ils sont dispersés, peuvent être ingérés par des enfants ou des personnes qui n’ont pas suffisamment d’argent pour en acheter. Si le médicament est périmé, il risque d’intoxiquer la personne qui l’a ingéré et non de la soigner.
Le MERCURE est une métal lourd toxique pour l’homme et très polluant pour l’environnement. Les thermomètres à mercure devraient faire l’objet d’une filière d’élimination spécifique.
Les produits chimiques de laboratoire sont souvent toxiques pour l’homme, aussi bien en ingestion, en inhalation que par simple contact (acides, bases, autres réactifs…).

Enfin, certains produits utilisés en tant que traceurs (ex : iode marquée) peuvent présenter un risque radioactif.

  • Risque psycho-émotionnel :

Il est lié à la peur provoquée par la vue de petit matériel de soins, notamment les seringues, les tubulures et les sondes.